MALI – Le Président IBK : « Le Mali est l’un des pays les moins endettés de l’Afrique de l’Ouest »

Malgré 24% du budget dédiée à la défense, l’économie malienne révèle un taux de croissance soutenue et une inflation maîtrisée faisant du Mali un pays moins endetté dans l’espace de la CEDEAO.

 

 

Dans son adresse à la Nation, le 31 décembre 2019, le Chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Keïta a vanté le taux de croissance enregistrée sous sa gouvernance  en évoquant la question de la construction d’un pays uni. « … Nous sommes en train de le faire », a martelé le Président IBK, qui annonce que  malgré la crise insidieuse qui  affecte le Mali, « l’économie nationale se révèle d’une remarquable résilience, avec un taux de croissance soutenu et une inflation maîtrisée ».

D’après lui,  cette croissance n’est pas un  phénomène conjoncturel mais d’une tendance lourde depuis 2013,  où le taux de croissance économique annuel est de 5%. Les dépenses liées à l’armée qu’il a héritées au lendemain de son élection à la tête du pays ne semblent pas entamer cette croissance.  Les  recettes  du Mali augmentent et les dépenses publiques sont de plus en plus maîtrisées, informe le Chef de l’Etat. Et de poursuivre qu’avec un en cours de dette en pourcentage du PIB de l’ordre de 37% pour une tolérance de 70% dans l’espace CEDEA0, le Mali demeure  l’un des pays les moins endettés de l’Afrique de l’Ouest.

« Son potentiel d’endettement est loin d’être entamé alors que ses dépenses d’investissement en 2019, ont représenté 34,8% de ses recettes fiscales, c’est-à-dire largement au-dessus de la norme minimale de 20%, fixée par l’UEMOA et la CEDEAO », a –t-expliqué.  A cause  de ces  efforts,  le Président de la République  a indiqué qu’en août 2019, le Conseil d’Administration du FMI  a approuvé  le financement d’un nouveau Programme de Facilité Elargie de crédits pour un montant de près de 192 millions de dollars US.

Le Mali doit également  cette croissance grâce au budget de  15% du alloué au secteur agricole.  Avec la bonne pluviosité, le Mali a obtenu des performances record  dans ce secteur qui fait vivre 80% de la population.  Selon le Chef de l’Etat,  les statistiques de notre pays, la production céréalière dépasse les 10 millions de tonnes en 2018/2019.

Toujours dans ce secteur de  l’agriculture, il a annoncé une  forte progression avec 728 600 tonnes durant la campagne écoulée avec un secteur cotonnier qui  connaît un véritable essor avec une augmentation de 65,57 %.

 

Siaka DIAMOUTENE

 

 

Maliweb.net (Mali)

 

 

A lire aussi:

 

MALI – Gouvernance pleine de défis : Agenda de fin d’année trop éprouvant pour IBK

 

MALI – Avocats sans frontières : La loi d’Entente Nationale : une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali

 

MALI – Lutte antiterroriste: La COFOP favorable au commandement des FAMA mettant les forces étrangères en seconde ligne

Commentaires