BENIN – Conflit interne au sein de Forces Cauris pour un Bénin Emergeant/FCBE : guerre de trône, guerre de trop

Plus les jours passent, plus la crise ouverte au sein du parti Force Cauris pour un Bénin émergent-FCBE- s’intensifie. La guerre de légitimité ou de légalité née du retrait du récépissé par le camp Hounkpè bat son plein. Une guerre de trône, en réalité, mais une guerre de trop à même d’emporter le parti. La grosse interrogation tourne actuellement autour du vrai détenteur des nouveaux documents officiels du parti. Pour les détracteurs du nouveau secrétaire exécutif national du parti, c’est au président d’honneur du parti, Boni Yayi, de détenir lesdits documents. Ce n’est pas l’avis de Paul Hounkpè. Le premier SEN « autoproclamé » soutient qu’aucune disposition n’oblige le dépôt des documents officiels du parti auprès du président d’honneur. Finalement, pour qui roule Paul Hounkpè.

 

 

« Autres temps, autres mœurs ». Voir Paul Hounkpè tenir tête à Boni Yayi ! Le scénario est encore inimaginable il y a seulement quelques mois. En tout cas, jusqu’ à ce que cet ancien ministre de Boni Yayi soit propulsé au-devant de l’actualité, suite à son insolite participation au dialogue politique initié et organisé par le pouvoir en place. Dialogue duquel tous les partis de l’opposition furent d’ailleurs exclus. Sauf la FCBE, sous la férule de Paul Hounkpè. A l’époque, le président d’honneur du parti, Boni Yayi, lui, était absent du territoire national, pour des raisons déjà connues de tous.

C’est au sortir de ce fameux dialogue politique que Paul Hounkpè gagna de nouveaux galons au nom et au sein du parti Force Cauris pour un Bénin émergent. Il en devint, comme par enchantement, le premier secrétaire exécutif national. A l’occasion de quel congrès Paul Hounkpè a-t-il été élu premier secrétaire exécutif national du parti FCBE, en remplacement de Valentin Djènontin, officiellement investi par le parti à ce poste avant son exil ? Curieusement, aucun responsable du camp Hounkpè   n’ose s’aventurer à tenter une réponse à cette question, pourtant essentielle et fondamentale.   Du coup, la légitimité du camp Hounkpè pose problème. Pourquoi Paul Hounkpè se permet-il de jouer au khalife à la place du khalife ?

 

Hounkpè, pour la déchéance de Yayi ? 

 

Volontairement, certains essaient de biaiser les vraies raisons de la crise actuelle qui secoue le parti FCBE. Les grandes décisions engageant la vie d’un parti politique se prennent à l’aune d’un congrès ordinaire ou extraordinaire.

A quelle occasion les nouveaux documents officiels du parti FCBE ont-ils été rédigés, validés et jugés conformes par le ministre de l’intérieur au point de valoir au parti le précieux récépissé ? C’est tout le débat qui pousse l’aile opposée à Paul Hounkpè et ses amis à convoquer un nouveau congrès avant les élections municipales. C’est ce qui a motivé le communiqué du 15 février dernier où les opposants à l’aile Hounkpè n’ont guère ménagé leurs camarades de parti, les traitant de tous les noms, les accusant de tous les péchés d’Israël. Pour les 41signataires du communiqué, la guerre de « clochers » ne devrait nullement avoir lieu. Les documents officiels devraient se retrouver aux mains du président d’honneur du parti, Boni Yayi, en l’occurrence.

Nenni ! Rétorque le camp Hounkpè. Et le premier secrétaire exécutif national élu nulle part par les membres du parti, resté jusque-là muet comme une carpe, sort de son mutisme. Avec la manière. Sûr de son fait, un rien péremptoire, Paul Hounkpè attaque : « Aucune disposition du parti ne fait obligation de dépôt des documents officiels du parti auprès du président d’honneur ». D’ailleurs, renchérit le nouveau patron contesté de la FCBE, tous les documents officiels réclamés par les uns et les autres auraient bel et bien été remis au président d’honneur du parti le 9 janvier 2020. Il s’agit notamment des statuts, du règlement intérieur, du récépissé et même la copie du journal officiel ayant publié le récépissé.

Mais de quel statut s’agit-il ? Paul Hounkpè parle-t-il du même règlement intérieur adopté par les militants lors du dernier congrès connu du parti organisé à Parakou ? En qualité de qui Paul Hounkpè conserve-t-il par devers lui le récépissé et les autres documents ?

 

De quel côté se trouve la vérité ?

 

Dans cet imbroglio, où se trouve la vérité ? S’il est évident que Paul Hounkpè détient désormais les nouveaux documents officiels du parti, en a-t-il vraiment donné copie au président d’honneur du parti, Boni Yayi ? Pourquoi ce dernier non plus ne monte-t-il pas au créneau pour éclairer et ses militants et l’opinion nationale sur cette question relative aux nouveaux textes du parti dont Paul Hounkpè en serait le détenteur exclusif ? Si les textes du parti ont subi des modifications- d’aucuns parlent de « profondes » modifications- quelles sont les nouvelles attributions de Boni Yayi au sein de la formation politique ?

On ne finirait pas avec les interrogations si tant est que l’on tente de dénouer le puzzle que constitue désormais la situation au sein de la FCBE. Aux dernières nouvelles, on murmure que le parti serait bel et bien présent aux élections municipales. Inch Allah ! Mais sous la direction de qui ? De Paul Hounkpè, fortement contesté ? De Boni Yayi qui, visiblement, ne sait plus lui-même à quel saint se vouer dans la résolution de la crise qui déchire son parti ?

Non content d’avoir été exclus des élections législatives passées, justement à cause des petites querelles devenues récurrentes au sein de ce parti, les cauris se livrent à nouveau à une nouvelle guerre de leadership, au grand dam des militants. Eux, ne demandent qu’à prendre part aux prochaines consultations et surtout à désigner eux-mêmes leurs futurs gouvernants au plan local. Les responsables au sommet du parti n’ont certainement pas la même vision qu’eux.  Ici, seuls les intérêts personnels semblent prendre le dessus. Paul Hounkpè ou Boni Yayi ?  Une guerre de trône. Hélas, une guerre de trop.

 

Vincent Mètonnou.

 

 

A lire aussi:

 

BENIN: Le MPL de Korogoné arrache 7 conseillers municipaux au BR à Parakou

 

BENIN – Communales 2020: la réponse de Candide Azannaï à ses détracteurs

 

BENIN – Communales 2020: Laurex Ajavon relève des faiblesses pour la transparence du scrutin

Commentaires