BENIN – Communales 2020: Candide Azannaï tacle violemment le COS-LEPI

Le président du parti Restaurer l’Espoir (RE) a répondu à une requête adressée à sa formation politique par le Conseil d’Orientation et de Supervision de la Liste Électorale Permanente Informatisée (COS-LEPI). Dans sa réponse, l’ancien ministre Candide Azannaï n’a pas du tout fait cadeau au COS-LEPI.

 

Le ministre candide Azannaï Photo: BENIN WEB TV

 

Dans le cadre de la constitution des dossiers de candidature pour les communales du 17 mai 2020, le président du COS-LEPI a adressé une correspondance au parti RE pour recevoir la liste de ses militants, candidats aux élections municipales et communales afin de leur délivrer chacun, un récépissé qui atteste qu’ils sont inscrits sur la Liste Électorale Informatisée (LEPI).

En réponse au courrier du COS-LEPI, Candide Azannaï, comme s’il guettait l’occasion, en a profité pour régler ses comptes avec l’équipe du député Jérémie Adomahou et la 8ème législature. Selon Candide Azannaï, le parti RE n’accorde aucun sérieux, aucun crédit à tous les actes qui sont posés par le président du COS-LEPI. Il évoque trois faits pour se justifier.

Candide Azannaï attire l’attention du président du COS-LEPI sur trois aspects

Premièrement, Candide Azannaï rappelle comme à son habitude « l’illégitimité et l’illégalité » de la 8ème législature. De cet avis, il affirme en deuxième position « l’illégitimité et l’illégalité » du COS-LEPI. Enfin, le président du parti RE parle de « l’essence inopérante des lois incongrues, illégales, scélérates et abjectes » sur lesquelles fonctionne le COS-LEPI.

Pour Candide Azannaï, la 8ème législature dont est issu le COS-LEPI, « n’existe que de façon virtuelle ». Selon ses dires, ce Parlement controversé serait installé en violation de la Constitution béninoise. « En définitive, ce parlement rejeté par tout le peuple, illégitime et illégal, ne peut vous désigner, de même que vos paires », a-t-il écrit.

« l’illégitimité et l’illégalité » du COS-LEPI selon Candide Azannaï

Parlant du COS-LEPI lui-même, le président du parti Restaurer l’Espoir fait savoir qu’il est installé en violation de l’article 137 al. 1 de la loi n° 2018-31 du 09 octobre 2018 portant Code électoral en République du Bénin.

L’article 137 al. 1 dispose que « le Conseil d’orientation et de supervision est composé de onze (11) membres désignés comme suit :
• cinq (05) députés de la majorité parlementaire ;
• quatre (04) députés par la minorité parlementaire ;
• du directeur général de l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse Économique ;
• du directeur du service national en charge de l’état civil ».

Le COS-LEPI n’étant pas composé actuellement de députés de l’opposition, Candide Azannaï pose des questions. « En votre âme et conscience, qui est l’opposition et qui est la mouvance présidentielle parmi vous qui êtes imposés au Palais des Gouverneurs siège de l’Assemblée Nationale? Et vous personnellement qui représentez- vous? », a-t-il lancé au président du COS-LEPI.

Les lois rejetées et considérées comme crisogènes et rejetées par le parti RE

Dans sa réponse adressée au président du COS-LEPI, Candide Azannaï a listé certaines lois que son parti qualifie « d’inopérantes, scélérates, abjectes et crisogènes ». Il s’agit de :

a. loi n° 2019-45 du 25 novembre 2019 portant statut de l’opposition en République du Bénin ;
b. loi n° 2019-43 du 15 novembre 2019 portant Code électoral ;
c. loi n° 2019-41 du 15 novembre 2019 modifiant et complétant la loi n° 2018-23 du 17 septembre 2018 portant Charte des partis politiques en République du Bénin ;
d. loi n° 2019-40 du 07 novembre 2019 portant révision de la loi n° 90-32 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ;
e. la loi n° 2018-23 du 17 septembre 2018 portant Charte des partis politiques en République du Bénin ;
f. la loi n° 2018-31 du 08 octobre 2018 portant Code électoral en République du Bénin ;
g. la loi n° 2017-20 du 20 avril 2018 portant Code du numérique en République du Bénin ;
h. la loi portant code pénal en République du Bénin.

Le parti RE s’oppose à la demande du président du COS-LEPI

Au regard de tout ce qui précède, le parti RE a décidé de rejeter purement et simplement la demande du président COS-LEPI. « Votre demande de liste des militants du parti RE, candidats aux élections communales et municipales du 17 mai 2020 aux fins de la délivrance d’un récépissé est irrecevable, nulle et non avenue. Le parti RE n’a aucune reconnaissance du COS-LEPI dans sa composition actuelle et dans tous les actes qu’il pose », fait-il savoir au président du COS-LEPI.

 

Cochimau S. Houngbadji 

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

A lire aussi:

 

BENIN : Boni Yayi rompt le silence et s’adresse aux militants FCBE

 

BENIN: Sébastien Ajavon sort de son mutisme à l’occasion des 30 ans de la Conférence de 1990

 

BENIN – Conflit interne au sein de Forces Cauris pour un Bénin Emergeant/FCBE : guerre de trône, guerre de trop

Commentaires