BENIN – Communales 2020: premier test grandeur nature des lois électorales

Les élections communales du dimanche 17 Mai 2020 constituent un test grandeur nature sur les faiblesses du système partisan conduit de main de maître avec le régime actuel et ses partisans politiques. Les difficultés rencontrées par l’ensemble des partis politiques dans la constitution de leurs dossiers de candidature confortent ceux qui pensent que les réformes politiques du régime de la rupture sont mal pensées.

 

La plupart des réformes politiques initiées par le régime de la rupture et ses soutiens politiques sont soit à polémiques, soit à application difficile. En effet, si les réformes sont initiées dans une démarche de facilitation de la vie, celles conduites depuis l’événement de l’actuel régime semblent davantage compliquer les choses. La relecture des textes électoraux obtenue à la ferveur du dernier dialogue politique n’a pas arrangé grande chose. La preuve, les partis politiques souffrent la croix et la bannière pour constituer des dossiers en vue des élections communales qui constituent un premier test grandeur nature pour les nouvelles lois électorales.

A l’issue de la phase de dépôt de candidature, aucun parti politique parmi les huit en lice pour le compte de ces élections n’a pu réussir à constituer un dossier exempt de reproches. Le chemin qui a conduit d’abord à la constitution des dossiers relevait d’un parcours de combattants. A l’arrivée, rien de potable. Pourquoi souffrir si l’on peut faire facile? Pourquoi réformer si c’est pour rendre compliquer? Ce sont les questions que bon nombre d’acteurs politiques se posent.

En effet, après étude approfondie des dossiers de candidature, il se révèle que ce que la loi demande aux partis politiques est carrément au dessus de leurs forces. Aucun  parti politique, même ceux de la majorité présidentielle n’ont pu présenter un bon dossier. Le mal est donc dans le fruit et les lois électorales sont plus à remettre en cause que la capacité réelle des partis politiques à constituer des partis politiques. Le Bénin gagnerait donc en développement si les lois qui régentent la vie du pays sont conduites loin de la politique politicienne.

 

Edouard Djogbénou

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

A lire aussi:

 

BENIN: Incertitude sur la remise à bonne date de la liste électorale à la Cena

 

BENIN/Réflexions et propositions sur la thématique démocratie & développement: Lettre au Président Talon

 

BENIN – Communales 2020: Candide Azannaï tacle violemment le COS-LEPI

 

BENIN : Boni Yayi rompt le silence et s’adresse aux militants FCBE

Commentaires