MALI – Soumaïla Cissé enlevé : mobilisation intensifiée en sa faveur à l’extérieur du Mali (Marie Roger Biloa)

Une centaine de personnalités africaines ont appelé, dans une pétition, à la libération de l’opposant malien, Soumaïla Cissé, enlevé le 25 mars 2020 par des inconnus jusqu’à ce jour mardi 5 mai 2020, dans la circonscription électorale de Niafunké (région de Tombouctou/au nord du Mali), alors qu’il était en campagne électorale en vue des élections législatives du 29 mars et 19 avril 2020.


Photo: actu Cameroun/ Marie Roger Biloa ( journaliste)

 

Soumaïla Cissé , président de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), chef de file de l’opposition malienne, ancien ministre, ancien président de l’Union Économique Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et candidat à plusieurs reprises à l’élection présidentielle au Mali, a été enlevé en compagnie des membres de sa formation politique, en délégation, le mercredi 25 mars 2020.

Cet enlèvement a eu lieu dans la circonscription électorale de Niafunké (région de Tombouctou/au nord du Mali). Le candidat Soumaïla Cissé était en campagne électorale en vue des élections législatives du 29 mars et 19 avril 2020. Au cours de cet enlèvement, le son garde du corps a été tué par balle. Deux autres personnes de sa délégation ont été grièvement blessées. À ce jour, Monsieur Soumaïla Cisse est toujours otage de ses ravisseurs. Sa famille, son parti politique, ses militants et alliés ainsi que ses nombreux amis et soutiens tant au Mali qu’à l’étranger sont inquiets.

Aucune revendication jusqu’à ce jour

Les motifs de son enlèvement restent méconnus. Ses ravisseurs n’ont à ce jour exprimé aucune revendication précise ni exposé un quelconque motif de son enlèvement.

Pour ses amis et soutiens, Soumaïla Cissé peut être détenu dans des conditions difficiles et inacceptables. « La santé et la vie de Monsieur Soumaïla Cissé sont exposées de manière dangereuse, ce, depuis plus d’un mois. Depuis le début de la crise sécuritaire que traverse le Mali, l’enlèvement d’une personnalité nationale de cette envergure est unique et sans précédent », écrivent-ils dans la pétition

La zone dans laquelle a été enlevé Soumaïla Cissé, située dans la région de Tombouctou, est un secteur où opèrent habituellement des présumés djihadistes, réputés affiliés à Al-Qaïda. Cela peut légitimement faire craindre le pire à tout moment pour lui, préviennent ses amis et proches.


[Marie Roger Biloa, journaliste : « Certains veulent normaliser la violence et le gangstérisme. Il faut ‘y opposer »]

 

« Soumaïla Cissé est un homme politique, de surcroît de premier plan, qui s’est engagé dans le jeu démocratique de manière courageuse dans le but de contribuer activement à la paix au Mali. Qui peut cautionner par le silence ou l’inaction des pratiques telles que son enlèvement en pleine campagne par des acteurs de l’ombre ? Certains veulent normaliser la violence et le gangstérisme. Il faut ‘y opposer.

Son enlèvement est d’autant plus incompréhensible qu’il est lui-même un opposant au pouvoir actuel et, même si l’on ne sait pas grande chose de ses ravisseurs, on a du mal à penser qu’ils sont dans la mouvance présidentielle! Aucune revendication n’ayant été clairement exprimée, c’est un mystère qui renforce le malaise et l’inquiétude », a fait savoir la journaliste Marie Roger Biloa patronne de l’ex magazine Africa International, jointe au téléphone lundi 4 mai 2020, et faisant partie de la centaine des signataires de l’appel à la libération de l’opposant malien.

Ces personnalités signataires dudit appel, en appellent :

 

– À une plus forte implication du chef de l’État du Mali, Monsieur Ibrahim Boubacar Keita en personne, ainsi que celle de ses homologues de la sous-région et du continent à ses côtés, pour la libération de Monsieur Soumaïla Cissé

– À un engagement accru du gouvernement de la République du Mali et l’appui de ses homologues de la sous-région et de la région, pour la libération de Monsieur Soumaïla Cissé ,

– À l’implication des partenaires sécuritaires du Mali (MINUSMA, BARKHANE et forces africaines stationnées au Mali et dans la sous-région) pour entreprendre des actions communes en vue d’obtenir sans délai la libération de Monsieur Soumaïla Cissé pour le ramener sain et sauf à sa famille.


Philippe Kouhon

 

 

Source : http://www.lintelligentdabidjan.info

 

L’intelligent d’Abidjan (Côte d’Ivoire)

 

 

A lire aussi:

 

CÔTE D’IVOIRE – Covid 19 : Des artistes et journalistes s’engagent

 

COVID-19 : La Banque africaine de développement crée un fonds doté de 10 milliards de dollars.

 

FOOTBALL : Ce qui attend Patrice Beaumelle le nouveau sélectionneur des Éléphants

 

CÔTE D’IVOIRE – Guillaume Soro: «La lutte ne fait que commencer»

Commentaires