BENIN – Présidentielle 2021: l’opposition dans la dynamique du boycott…

La résistance au pouvoir du président Patrice Talon pourrait être encore absente à l’élection présidentielle de 2021. En dehors du système de parrainage qui pourrait être un obstacle naturel à cette participation, il se susurre déjà dans le rang de la résistance que les conditions d’une élection transparente sont loin d’être réunies.

 

Les forces de résistance Ph: Afrique News Info

 

Dans le concert des débats autour de la suppression du système de parrainage contenu dans le code électoral, le président du parti restaurer l’Espoir, l’ancien ministre Candide Azannaï a, dans une déclaration en date de ce mercredi 8 Juillet, donné sa position.

Pour le résistant, depuis avril 2016 où le président Patrice Talon a accédé au faîte du Pouvoir Suprême de l’Etat, il s’est attelé en application de sa profession de foi (…ce qui permet à un président dans les pays comme les nôtres de se faire réélire…), à détruire sous le slogan de la ruse et de la rage de ses affidés, « les critères et les conditions de tenue d’élections politiques pour le choix et pour le renouvellement du personnel politique et de leurs mandats respectifs. »

À l’arrivée, indique-t-il, la quasi-totalité des institutions de la République et de leurs membres est vassalisée par le pouvoir exécutif. « En de pareilles circonstances, le seul effet de participer à une élection est de légitimer une dictature, d’avaliser la forfaiture et l’imposture et in fine de réhabiliter un dictateur».

Une posture et des déclarations  qui montrent que la prochaine élection présidentielle, celle de 2021 se fera sans les résistants, sinon sans l’opposition, du moins celle radicale. Pour le ministre Candide Azannaï, participer dans les conditions actuelles à cette élection, c’est accorder sa caution à une compromission.

Mais la question qui taraude l’esprit de beaucoup de Béninois est de savoir si l’option de l’opposition est la plus indiquée et si cette posture empêcherait-il le pouvoir actuel à s’abstenir d’organiser la présidentielle de 2021. Cette politique de la chaise vide ne serait-il pas une autre forme de caution accordée au pouvoir actuel pour organiser une élection et entamer un second mandat ? Que compte vraiment faire la résistance?

 

Le plan de la résistance, une énigme…

 

A 08 mois de la fin du mandat du premier mandat constitutionnel du président Patrice Talon, bien malin qui pourra dire les schémas éventuels qui pourraient se présenter dans le cadre de la prochaine élection présidentielle.

La rumeur de la constitution autour du président Boni Yayi, d’une grande formation politique qui réunirait tous les partis politiques n’ayant plus d’existence juridique  s’est vite dissipée.

Du côté de la résistance aucune action visible. Dans ce brouhaha silencieux qui caractérise actuellement le microcosme politique, l’ancien doyen de la faculté de droit et sciences politiques, tel un prophète prêchant dans le désert occupe l’espace, la nature ayant horreur du vide.

Quel coup silencieux prépare la résistance? La question agite l’esprit de plus d’un. Visiblement, rien ne profile à l’horizon. N’eusse cette dernière déclaration du président Candide Azannaï qui situe un peu sur la position de la résistance, le peuple est totalement attentiste sur les schémas possibles que pourraient présenter les leaders politiques.

Comment comptent-ils s’y prendre pour modifier le contexte politique actuel? Rendre « crédibles les institutions » impliquées dans le déroulement du processus électoral. Autant de questions qui sont sans réponse.

Pour Candide Azannaï, chaque béninois et l’ensemble des démocrates devraient se convaincre de ce que l’urgence pour la République du Bénin est de rétablir les fondamentaux de la Démocratie et non de prendre le chemin, combien risqué d’une quelconque parodie électorale en 2021. Comment parvenir à rétablir « ces fondamentaux »? Le temps se chargera certainement de nous édifier.

 

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

A lire aussi:

 

BENIN: Flambée du Coronavirus: Alexandre Hountondji dézingue le ministre de la santé

 

BENIN/Communiqué-FJA:Rétablir les chemins de la liberté

 

BENIN/Les populations incrédules face aux décisions du juge constitutionnel:La Cour Djogbénou dit «NON» à Talon et déclenche l’hilarité générale

 

BENIN – Une affaire jugée et classée en 2013, exhumée en 2017 et ressuscitée en 2020/Cibles 2021: « Flinguer » Ajavon

Commentaires