BENIN – Présidentielle de 2021: lancement d’un fonds de financement pour une presse libre

Face à la gouvernance actuelle et aux difficultés des professionnels des médias dans l’exercice de leur profession, Richard Boni Ouorou lance une campagne de mobilisation de fonds et de financement de la presse pour la rendre libre, en vue de sa participation à l’élection présidentielle de 2021.

 

Boni Richard Ouorou @ Fb

 

 

Certains Béninois nourrissent toujours de la crainte, quant à l’organisation de l’élection présidentielle de 2021. C’est le cas du politologue, Richard Boni Ouorou, qui estime, dans une publication sur les réseaux sociaux, que cette élection se jouera aussi dans la presse mais une presse enchaînée.

Selon lui, pour la crédibilité et la transparence du scrutin, il est incontournable que les professionnels des médias jouent leur partition en toute indépendance. Pour que ces derniers ne soient pas pris dans un contrat de « mensonge », il lance un fonds de financement pour que la presse reste libre au cours de la présidentielle à venir.

« Je pense que cette élection se jouera aussi dans la presse; mais sans une presse libre, elle est perdue d’avance pour nous. C’est pourquoi je lance ce fonds, afin de financer la presse par semaine dès le 1er novembre 2020« , indique-t-il.

Ce financement, à l’en croire, se fera chaque lundi et sera attribué à certains organes qui seront sélectionnés. « Nous enverrons un financement d’au moins 200.000 f cfa ou plus, à chaque maison de presse sélectionnée, afin de les aider à assurer quelques frais de fonctionnement.« , indique-t-il dans sa publication.

 

Le lancement de la collecte du fonds ouvert au public

 

Pour rendre opérationnelle son idée de soutenir la presse béninoise, afin de la rendre libre, en vue de l’élection présidentielle de 2021, Richard Boni Ouorou lance la collecte d’un fonds de financement.

« Sans une presse libre, 2021 sera gagnée d’avance par ceux qui ont à cœur la capture de notre démocratie. N’y voyez pas ma modeste personne, voyez plutôt le pays qui compte pour nous au-delà de tous les autres intrigues », indique-t-il pour encourager les potentiels bailleurs.

Mais la question qui reste posée est de savoir si les médias sélectionnés ne seront pas considérés comme des médias « achetés » par l’opposition, et les publications, mises en doute? En tout cas, le temps nous édifiera face à cette opération.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *