La chronique du blédard : Toudjine, le fringant pédagogue

 

Akram Belkaïd

 

Il est des enseignants qu’il est impossible d’oublier. Certains, parce qu’ils vous ont dégoûté d’une matière, d’autres parce qu’ils étaient complètement fous mais rares sont ceux que l’on garde en mémoire parce qu’ils étaient tout simplement géniaux et entièrement habités par leur matière. La chronique qui suit est un hommage dédié à une personnalité inclassable, M. Merzouk Toudjine, que nous appelions « monsieur Toudjine », professeur de physique et chimie pour les élèves de Terminale au lycée El-Mokrani à Ben Aknoun, sur les hauteurs d’Alger.

Ma classe de « mathématiques bilingues une » (MB1) était arrivée en Terminale précédée d’une double réputation plutôt contradictoire. D’un côté, le chahut (l’année de Première fut un festival mémorable), de l’autre, la présence de plusieurs cracks, capables d’aligner durant toute l’année les vingt sur vingt en mathématiques et en physique-chimie. C’est d’ailleurs par l’un d’eux, celui que nous surnommions « Y le rouge » ou « Y errougi », que j’ai appris la triste nouvelle de la disparition de celui qui allait nous (très bien) préparer aux épreuves du baccalauréat.

D’emblée, M. Toudjine tint à nous signifier qu’il n’était pas du genre à se laisser impressionner par les réputations d’excellence. Les premières semaines furent normales. En classe, personne ne mouftait et les cours se passaient dans une fluidité stimulante. Avec lui, rien n’était difficile. Avant la formule à apprendre par cœur, il y avait surtout la méthode. Avant le calcul, il y avait la réflexion. La marque de fabrique Toudjine c’était : d’abord réfléchir, poser ensuite ses équations et résoudre le tout. Cette recette, je l’ai gardée et affinée par la suite au cours de mes études d’ingéniorat. Mais l’essentiel fut acquis en Terminale et peut servir pour tout exercice intellectuel, qu’il s’agisse de résoudre une série d’équations différentielles ou d’écrire sur le commerce mondial de telle ou telle matière première.

Au milieu de l’automne vint la fameuse séance de travaux pratiques, « le T.P » disions-nous, qu’aucun élève de la MB1 ne peut avoir oubliée. La séance précédente, consacrée à la cinématique, s’était déroulée sans accrocs. Nous avions juste à terminer chez nous un petit calcul. Une application numérique des plus simples, de celles que l’on peut même faire quelques minutes avant d’entrer en cours. Quinze jours plus tard vint donc « la » séance. Tout se passait bien jusqu’à ce qu’un élève ne signale sa difficulté à résoudre un exercice. M. Toudjine vint vers lui pour l’aider et, ce faisant, remarqua que l’application numérique de la séance passée n’avait pas été faite. Soufflante homérique sur l’élève puis vérification de tous les cahiers. Tous coupables ou presque. Une misérable ligne de calcul oubliée allait nous valoir un moment d’anthologie.

« Ha ! La MB1… La classe des petits génies et des cracks… Des petits merdeux, oui ! Vous êtes tous des petits merdeux ! ». Puis, pointant tour à tour du doigt chaque élève : « Toi, petit merdeux. Toi aussi, petit merdeux ! Toi, comme lui, petit merdeux ! Vous êtes tous de petits merdeux qui pensent que le bac est un examen facile. Un petit calcul oublié sur votre feuille d’examen et vous perdez des points précieux. Coefficient sept, bande de petits merdeux ! ». Inutile de vous dire que nous regardions tous notre cahier, exception faite de Nafissa, la seule courageuse qui osa lui tenir tête : « Je ne suis pas une petite merdeuse ! ». Mauvaise idée. « Quoi ? Mais si, mais si ! Tu es une petite merdeuse, comme les autres. Khra ! Zbel ! »

Au fil des semaines, nous avions appris à connaître l’homme et à anticiper ses humeurs. Élégant, rasé de frais, les cheveux tombant sur les épaules, c’était l’assurance d’un cours tranquille où aucun secret de la mécanique ondulatoire n’allait nous résister. Le visage fermé, une barbe de quelques jours, et c’était un avis de tempête à venir, l’obligation de faire profil bas et d’éviter les questions idiotes, de celles que le camarade que nous avions surnommé « jipakompré » dès la Seconde posait presque toujours. Un jour d’hiver, l’un de nous se mit en tête de contester ce qui était écrit au tableau. « Monsieur, vous avez fait une erreur !» lança-t-il triomphant et sans même lever le doigt, Silence soudain en classe. « Où ça ? »(ton agacé du prof mais contenance toute pédagogique). « L’équation numéro trois. »Bien entendu, il n’y avait pas d’erreur et M. Toudjine haussa les épaules et continua sa démonstration. Mais l’autre ne voulait pas en démordre : « Monsieur, je vous jure qu’il y a une erreur. Je vous défie (sic)de vous le prouver. »Toudjine se retourna et c’était parti pour un moment très rock’n’roll.

« Tu me défies ? Tu sais quoi, tu vas prendre tes affaires, tu vas sortir dans la cour et tu vas aborder le premier venu en lui disant que tu le défies. Allez, du vent, dehors ! Va défier le censeur ! Dis-lui que tu viens de ma part ». Je précise ici qu’il tombait à verse et que dans notre bâtiment, un vieux monastère, les classes donnaient immédiatement sur l’extérieur. Le défiant fut donc immédiatement trempé et quant à nous, nous eûmes droit à une sérieuse mise au point. « Il me défie ? Pourquoi ? Parce que son père est colonel ? Mais je n’ai peur de personne, moi ! Je n’ai pas peur des ministres »(allusion directe à l’un de nos camarades qu’il n’appréciait guère. « Moi, je fais mon boulot. Et rien que mon boulot. Je n’ai peur de personne, vous m’entendez ? Amenez-moi Chadli[le président de l’époque] et je me battrai avec lui s’il le faut ! »(il ne disait pas Chadli mais Tchadli).

Des souvenirs d’algarades et de colères, je peux vous en citer des dizaines, ayant eu droit en ce qui me concerne à des punitions – oui, oui, en classe de Terminale ( !) – pour avoir eu le défaut de mal écrire le H dans les formules chimiques (il ressemblait à un N inversé). Mais le plus beau souvenir, celui qui restera toujours, c’est la visite de M. Toudjine à ses élèves de MB1 à la fin de l’épreuve de physique-chimie, le jour du bac. C’était un mardi de juin, le temps était lourd dans le centre-ville d’Alger. La plupart d’entre-nous avions « éclaté » l’épreuve, « finger in the nose » dirait-on aujourd’hui. En sortant du centre d’examen, il était là, son habituel sourire ironique cachant mal son émotion. Nous savions déjà qu’il avait un supplément d’affection, voir un faible, pour les élèves de série mathématique. Sa présence nous le confirmait. Certains d’entre-nous ne pouvaient rentrer chez eux et revenir à temps pour l’épreuve d’anglais. Il nous invita donc au Cyrnos, restaurant de la rue Didouche Mourad. Il nous parla de physique, d’études supérieures, de l’Algérie, de la liberté et du droit à ne pas se laisser faire. On dit souvent que les épreuves du baccalauréat sont un rite de passage. Ce repas en fut un instant magique.

 

Akram Belkaïd, Paris

 

 

Source: http://www.lequotidien-oran.com

 

Le Quotidien d’Oran (Algérie)

 

 

A lire aussi:

 

La chronique du blédard : Un déni français

 

La chronique du blédard : Les bruits de la nuit

 

Tôt ou tard, l’histoire vous réhabilite !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *