BENIN – Dr Nadin A. Tayéwo Kokodé: « On a l’impression que Le président Patrice Talon est un éternel belligérant »

Dr Nadin A. Tayéwo Kokodé s’est prononcé sur les 60 ans d’indépendance du Bénin. C’était à travers une émission spéciale intitulée « 60 ans d’indépendance : droit d’inventaire », diffusée sur sa page Facebook. Docteur en médecine, libre penseur et ardent défenseur de la démocratie, Dr Nadin A. Tayéwo Kokodé a abordé dans son analyse, la gouvernance du président Patrice Talon en matière de démocratie.

 

Patrice Talon, président de la République du Bénin. @Présidence du Bénin

 

Selon Dr Nadin A. Tayéwo Kokodé, sur le plan démocratique, le Bénin a connu une régression sous la gouvernance du président Patrice Talon. Il évoque des situations qui montrent selon lui que le Chef de l’Etat cherche en toute circonstance à régner en tant que tout puissant. Selon Tayéwo Kokodé, le président Patrice Talon livre perpétuellement un combat sans adversaires réel. « On a l’impression que Le président Patrice Talon est un éternel belligérant », a-t-il déclaré.

« Moi je le compare parfois à un promeneur dans la forêt qui passe sur une branche, cela craque ; il se met à courir parce qu’il pense que quelqu’un le poursuit.  En courant, il court sur des feuilles sèches, ça craque encore plus ; il continue à courir. Après il s’arrête et dit : ils sont où, les adversaires contre qui je lutte ? »

Dr Nadin A. Tayéwo Kokodé

Pour Dr Nadin A. Tayéwo Kokodé, le président Patrice Talon qui a connu un chemin périlleux avant son accession au pouvoir, était parti pour être un protecteur de la démocratie ; mais dans la réalité, il n’a pas comblé les attentes. « On découvre aujourd’hui qu’il s’agit de quelqu’un qui régente comme Mao. Je pense et vous faites…vous suivez. Non ! Nous sommes en démocratie. Et le peuple béninois est jaloux de sa démocratie. Je pense que cela, le président Talon l’a oublié. », a-t-il déclaré.

Le président de la République, seule institution forte

 

Selon Dr Nadin A. Tayéwo Kokodé, le président Patrice Talon a soumis toutes les institutions, notamment l’Assemblée nationale qui devrait dans une démocratie jouer le rôle de contre-pouvoir. « Aujourd’hui, il a soumis l’Assemblée, il a soumis les institutions. A partie de cet instant, il règne en tribuns, il règne en Jupiter ; il faut avoir le courage de le dire », a-t-il déplore.

« Moi je pense que la seule institution forte au Bénin aujourd’hui, c’est le président de la République »

Tayéwo Kokodé

 

Pour conforter ses propos, il évoque la position stratégique qu’occupent aujourd’hui deux avocats de Patrice Talon, dans l’appareil judiciaire. « Le ministre de la justice, le président de la Cour constitutionnelle sont ses deux avocats. Comment est-ce que le Chef d’Etat d’un pays démocratique peut avoir ses deux avocats comme ceux qui doivent gérer la justice dans le pays ? Ce n’est pas possible », s’en désole Tayéwo Kokodé.

Quand la méfiance s’installe

Aujourd’hui, Dr Nadin A. Tayéwo Kokodé pense que le gouvernement du président Patrice Talon n’inspire plus confiance. A l’en croire, les premiers actes posés par le Chef de l’Etat a très tôt mis en doute plus d’uns. « Quand vous nous faites rêver! Vous dites, voilà ! Le Bénin me doit de l’argent et quand je serai élu, je ne réclamerai pas. Et lors que vous arrivez, et que la première chose que vous faites c’est d’aller récupérer ce qu’on vous doit ; comment voulez-vous que moi j’ai confiance en vous, en ce que vous faites ? », S’interroge le médecin.

Selon lui, la méfiance s’est installée entre l’exécutif et le peuple. Et  cette méfiance constitue l’un des véritables problèmes du gouvernement. « On ne peut plus avoir confiance en eux », a déclaré Dr Nadin A. Tayéwo Kokodé.

Le départ de Patrice Talon est acté, selon Tayéwo Kokodé

 

Sur la question d’un second mandat pour le président Patrice Talon, Tayéwo Kokodé pense que le débat est dépassé et n’a plus sa raison d’être. A l’en croire, le président Patrice Talon a promis faire un mandat, il devrait donc normalement et logiquement partir au bout des 5 ans. « Après les 5 ans, en homme loyal et de parole, je pense qu’il va s’en aller. Ce n’est même pas le départ du président qu’on attend puisqu’il a dit qu’il ne se représenterait pas. Son départ est acté », a-t-il signifié.

Pour lui, ce qu’il y a lieu de faire, c’est de faire en sorte que le système ne perdure pas. « Que le président Talon ne crée pas un enfant…ne mette pas en place un de ses pions comme au jeu d’échec, qu’il mettra là pour continuer son œuvre. C’est surtout ça qu’il faut éviter aujourd’hui », indique-t-il. Pour ce faire, le médecin estime qu’il faut sauter les goulots d’étranglement posés par le pouvoir en place.

 

Cochimau S. Houngbadji 

 

 

Source: http://beninwebtv.com

 

Benin Web TV (Bénin)

 

 

A lire aussi:

 

BENIN – Présidentielle 2021: Moele-Bénin jette son dévolu sur Patrice Talon

 

BENIN: Un manifeste adressé à Patrice Talon pour la restauration de la démocratie

 

BENIN/Joël Aïvo pressenti à la présidentielle 2021:Signaux de détresse à la mouvance

Commentaires