CEMAC : La BEAC interdit l’exploitation des unités de crédit téléphonique en Francs CFA

La Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC) vient de sommer les opérateurs de la téléphonie mobile de mettre fin à l’usage ou à l’exploitation des unités de crédit téléphonique en Francs CFA, pour éviter la confusion avec la monnaie légale en vigueur dans les États membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac).

 

La BEAC interdit l’exploitation des unités de crédit téléphonique en Francs CFA. © Gabonreview

 

Dans une correspondance adressée au président de l’Association des opérateurs de téléphonie mobiles au Cameroun, le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale, Abbas Mahamat Tolli, a interdit l’utilisation des unités de crédit téléphonique comme moyen de paiement pour ces services.

«Les crédits de communication sont une marchandise, un produit ou un service qui ne servent que pour les services de téléphonie et qui, même s’ils ont une valeur marchande, ne sont pas des moyens de paiement ou de la monnaie», précise le gouverneur de la BEAC, soulignant qu’«ils sont créés par des entreprises qui ne sont pas des prestataires de service de paiement habilités à émettre et gérer des moyens de paiement».

Cette mise au point de la banque centrale, vise à éviter toute entorse à la réglementation en vigueur, mais également toute présentation, usage ou exploitation des unités de crédit téléphonique en francs CFA. Ce qui est de nature à susciter une confusion avec la monnaie légale en vigueur dans les États membres. «Les unités de crédit téléphonique ne sont donc pas, en l’état de la réglementation communautaire applicable, ni de la monnaie fiduciaire ni de la monnaie électronique ni un instrument ou moyen de paiement», a tranché la Banque centrale.

En effet, lorsqu’un abonné interroge son solde de crédit de communication, il s’affiche sur l’écran «Solde : 123 F», «Bonus : 456» F. Pour la Banque centrale, il faut trouver une autre unité que le FCFA.

 

Par

 

Source: gabonreview.com

 

Gabonreview.com (Gabon)

 

 

 

MAROC: Coronavirus, un coup dur pour le tourisme

Commentaires