La chronique du blédard : Du complotisme et des complotistes

 

Akram Belkaïd

 

Le complotisme dont on parle tant par ces temps de pandépidémie ou d’élections américaines qui – à en croire Donald Trump et ses adorateurs – auraient été truquées, ce n’est pas uniquement croire aux complots. Car il ne faut surtout pas être naïf. Les complots et les conspirations ont toujours existé et il en existera toujours. L’histoire est truffée de machinations, de tentatives de renverser l’ordre des choses, de provoquer tel ou tel résultat en manipulant les hommes et les événements. Par exemple, un coup d’État est d’abord un complot. De même, les opérations « false flag » ou sous faux drapeau ou encore sous faux pavillon peuvent être assimilées à des conspirations puisque des actes de guerre sont commis au nom d’autrui comme lorsqu’Israël mena de 1979 à 1983 une campagne d’attentats à la voiture piégée au Liban en faisant porter la responsabilité à un « Front pour la libération du Liban » inventé pour cela.

Alors qu’est-ce que le complotisme ? Il existe plusieurs définitions et plusieurs écrits à ce sujet (1). Pour ma part, je pense qu’il s’agit d’une propension à réfuter des faits établis en proposant une explication alternative sans jamais hésiter à tordre le cou à la réalité et sans craindre de se contredire. Les constructions intellectuelles qui circulent actuellement à propos d’un complot mondial qui serait derrière l’épidémie de Covid-19 en sont la meilleure preuve. Le vacarme est tel que plusieurs thèses circulent avec des affirmations en apparence structurées, qui empruntent quelques éléments de réalité, mais dont la finalité est de reprendre la fameuse phrase de la série X-Files : « la vérité est ailleurs » (on ne dira jamais assez à quel point cette série a préparé le terrain aux dérives complotistes).

Le complotisme est une facilité. A des situations complexes, incertaines, où il existe certainement des éléments ignorés par la majorité, il apporte des réponses simples. S’il y a une épidémie, c’est la faute (choisir par ordre de préférence) : Les Chinois, les « Big pharma » (les grandes compagnies pharmaceutiques), Bill Gates, les Illuminatis, la CIA, le Mossad, le gouvernement mondial constitué par de grands financiers et patrons, etc. Le complotisme, c’est, ne cherche pas à comprendre, « ils » sont plus forts que nous, « ils » contrôlent les médias, « ils sont partout ». Ils ? Les maîtres du monde ou, pourquoi pas, les envahisseurs que traquait David Vincent dans une série elle aussi paranoïaque mais ayant plus à voir avec la guerre froide et la supposée infiltration des États-Unis par les communistes.

Le complotisme est aussi le refus systématique de la version officielle. Ce qui n’est pas forcément une tare. Tous les gouvernements, toutes les entreprises mentent. Par volonté de ne pas tout dévoiler, par volonté de masquer leurs bêtises et incompétences, par souci de ne pas affoler les marchés financiers. Mais ces mensonges, que n’importe quel (bon) journaliste doit avoir en tête lorsqu’il est en conversation avec un service de presse, ne signifient pas que « tout » est mensonge, trucage et surtout, que tout dérive d’une machination structurée. Prenons la gestion catastrophique de la situation sanitaire en France au printemps dernier.

Les enquêtes de la presse et des commissions parlementaires, les indiscrétions parues ici et là, tout cela montre que ce qui a dominé, ce sont l’impréparation, la désinvolture au début de la crise (des réunions ministérielles qui n’ont pas lieu à cause des vacances de ski !), la désorganisation (trop de centres de décision) et l’incompétence. Par la suite, sont venus les mensonges, comme notamment celui qui consistait à faire croire que les masques étaient inutiles plutôt que de reconnaître une pénurie qui aurait exigé que des coupables soient sanctionnés. Bref un mélange de bêtise, d’erreurs et de duplicité. Les autorités françaises le nieront jusqu’au bout, mais leur but au départ était d’imiter la stratégie de Boris Johnson en pariant sur l’immunité croisée. On connaît la suite… Feu Michel Rocard, l’ancien premier ministre français, avait une formule lapidaire pour résumer la chose : « toujours préférer l’hypothèse de la connerie à celle du complot. La connerie est courante. Le complot exige un esprit rare. » On peut remplacer connerie par incompétence ou sournoiserie.

Le complotisme permet de s’affranchir des règles de base quant au savoir et la science. Les médecins peuvent dire ce qu’ils veulent concernant le virus, la façon de le traiter ou de s’en protéger, leur propos sera raillé, délégitimé. La phrase, « je ne suis pas médecin mais je pense que… » est devenue monnaie courante. « Je ne suis pas médecin mais je pense que les vaccins ne servent à rien », m’a affirmé il y a peu un ancien camarade de lycée. Je lui ai fait remarquer que notre génération a échappé à la tuberculose, à la variole et à la poliomyélite grâce aux programmes de vaccination scolaire des années 1960 et 1970. « Je suis sûr que ça ne servait à rien », m’a répondu ce vendeur de voitures, métier, on le sait, qui donne autant de légitimité que quelqu’un qui a fait huit années d’études de médecine… Il faut bien garder en tête les propos du philosophe allemand Norbert Bolz pour qui Internet est devenu le « royaume des idiots », c’est-à-dire ces « idiotae » de jadis qui se contentaient d’avoir une opinion en étant persuadés qu’ils pouvaient se passer du savoir des lettrés.

Le complotisme donne au complotiste la sensation qu’il est plus intelligent que les autres. Normal, puisque lui « sait » tandis que les autres, naïfs qu’ils sont, baignent volontairement dans l’ignorance et le déni. Discuter avec quelqu’un qui est persuadé que les vaccins servent à injecter des puces électroniques destinées à nous surveiller en permanence est une expérience édifiante. Pour reprendre un mot bien algérien, le gars est « mareg ». Il est « aware », c’est un « « sachant » qui n’aura que mépris et commisération pour son interlocuteur.

Enfin, le complotisme est une facilité et une incitation sournoise au renoncement. Puisque le monde est géré par des forces occultes et puissantes, puisque les dés sont pipés, pourquoi alors s’engager et se battre ? Pourquoi se mobiliser puisque « tout » ce qui arrive est le résultat d’une savante conspiration que personne ne semble capable de démonter ? Interrogé avec véhémence sur les raisons pour lesquelles il ne se prononçait jamais sur le « complot » des attentats du 11 septembre 2001 (aucun avion n’aurait percuté les tours du World Trade Center, etc), Noam Chomsky fit la réponse suivante : « il faut être économe de son énergie et se concentrer sur les combats qui valent la peine d’être menés ». Autrement dit, le complotisme n’est finalement rien d’autre qu’une dangereuse distraction.

 

(1) Voir l’ouvrage de Marie Peltier, « Obsession : Dans les coulisses du récit complotiste », Éditions Inculte, Paris, 2018, 128 pages, 15.90 euros. Lire aussi la livraison de Manière de Voir consacrée au complotisme : « Complots : Théories… et pratiques », n°158, avril-mai 2018, 100 pages, 6 euros (version numérique).

 

Akram Belkaïd, Paris

 

 

Source: http://www.lequotidien-oran.com

 

Le Quotidien d’Oran (Algérie)

 

 

A lire aussi:

 

La chronique du blédard : Messmar Trump (le clou de Trump)

 

Référendum en Algérie Une insulte, une faute et un crime

 

La chronique du blédard : Une douleur nommée Liban

Commentaires