KAFUI ADJAMAGBO-JOHNSON : Figure emblématique des droits de l’homme, des droits de la femme, de l’état de droit, et de l’opposition démocratique togolaise

 

 

Brigitte Kafui ADJAMAGBO est née le 26 décembre 1958 à Bassar au Togo. Son père Paul Kodjovi ADJAMAGBO était un médecin et sa mère Cornélie Dédé ADOTE était une sage-femme. Ils sont restés tous les deux dans la mémoire de ceux qui les ont connus, ou qui ont entendu parler d’eux de leurs prouesses médicales et humanitaires, des figures d’excellence du dévouement médical et humanitaire.

Elle a fait ses études primaires, secondaires et en partie universitaires au Togo, où elle obtient une maîtrise ès-sciences juridiques en 1983, avant de s’envoler pour Paris où elle décroche un DEA en droit privé à l’Université de Paris V, Malakoff, puis un second DEA en droit privé et droit comparé, option droits africains, avant de préparer et défendre une brillante thèse de droit à l’Université Sorbonne I en novembre 1986 sous la direction du professeur Alliot sur « les droits successoraux de la femme au Togo ».

Revenue au Togo en1987, elle entame une carrière d’enseignante à l’École Supérieure des Carrières Juridiques et Administratives (ESACJ) l’actuelle Faculté de droit de l’Université de Lomé. Elle se fera remarquée par sa brillante direction des débats à la « Conférence Nationale Souveraine » du Togo en juillet-août 1991, qui lui a valu dans la foulée une aussi brillante mais courte prestation comme « ministre des affaires sociales, de la condition féminine, et des droits de l’homme », Madame Adjamagbo est devenue depuis plus de 30 ans au Togo et en Afrique une figure emblématique des droits de l’homme, des droits de la femme, de l’état de droit, et de l’opposition démocratique et pacifique au plus long régime héréditaire au monde après la Corée du Nord, faisant ainsi du Togo « la Corée du Nord de l’Afrique », comme le soutien un ancien PDG de ELF.

En effet, parallèlement à son engagement politique au sein du parti CDPA (Convention Démocratique des Peuples Africains), elle milite pour la démocratie et les droits de l’homme dans plusieurs organisations de la société civile : Non-Violence et Démocratie et le Collectif des Associations féminines (CAF) qui a été à l’avant-garde de la lutte pour la démocratie aux côtés des partis politiques d’opposition au Togo. Son engagement ne s’arrête pas au Togo et à ce titre elle a occupé plusieurs autres postes de responsabilité, notamment la présidence du Forum de la société civile de l’Afrique de l’Ouest (FOSCAO), de 2004-2006. Aujourd’hui, elle est la Coordonnatrice de WILDAF/FEDDAF (Femme Droit et Développement en Afrique), un réseau sous régionale pour l’Afrique de l’ouest. Dans ce cadre elle a joué un rôle clé dans le plaidoyer qui a conduit l’Union africaine à adopter en 2003 le Protocole à la Charte africaine des Droits de l’homme et des peuples relatif aux Droits des femmes en Afrique.

 

Première à être candidate à l’élection présidentielle au Togo à la faveur de celle de mars 2010, elle succède deux ans après à son mentor le Professeur Léopold Gnininvi au poste de Secrétaire Général de la CDPA, et devient ainsi la première femme à diriger un parti politique au Togo. A la suite du soulèvement populaire déclenché le 19 août 2017 contre le régime héréditaire togolais, elle devient la coordinatrice de la C14 (Coalition de 14 partis politiques), avant de devenir porteparole du candidat de la DMK (Dynamique Monseigneur Kpodzro, une coalition électorale) à l’élection présidentielle du 22 février 2020, puis coordinatrice de la DMK depuis le 12 novembre 2020. Depuis le 28 novembre 2020, elle est devenue la première femme politique togolaise de notoriété publique à être ou à avoir été prisonnière politique du régime héréditaire dictatorial plus que cinquantenaire togolais.

Mariée à Hervé JOHNSON depuis le 4 août 1990, Brigitte Kafui ADJAMAGBO-JOHNSON est mère de deux enfants.

 

Par S. C.

 

A lire aussi:

 

Maryse Condé – Une femme de lettres émérite venue de Guadeloupe

 

MUSIQUE – Barbara Hendricks : une soprano hors du commun

Commentaires