NIGER : Mahaman Ousmane doit respecter le verdict des urnes sans tergiversations  

 

Zakaria Abdourahaman

Comme on le dit souvent, « chaque chose en son temps ».

Dans la gestion démocratique de la cité, il y a un temps pour les élections, il y a aussi un temps pour les contestations des résultats dans la légalité. La Cour Constitutionnelle a proclamé les résultats définitifs, tout est fini.  A partir du 02 avril, Mohamed Bazoum va succéder à Issoufou Mahamadou comme Président de la République du Niger. C’est le verdict des urnes!

Au Niger, s’il y a quelqu’un qui doit respecter l’expression de la souveraineté populaire, c’est d’abord et surtout Mahaman Ousmane. Il doit toujours avoir à l’esprit que c’est le même peuple nigérien qui l’a plusieurs fois honoré. Entre autres, il a été le premier président de l’ère démocratique puis Président de l’Assemblée Nationale pendant 10 ans et candidat au deuxième tour de l’élection présidentielle du 21 février 2021. Aujourd’hui, c’est dommage de constater que le même Ousmane refuse le choix du peuple souverain, il tergiverse. Pourtant, de la même manière que le peuple a porté son choix sur lui à un moment de l’évolution politique de notre pays, il peut aussi le porter sur d’autres Nigériens. Cette fois ci, il l’a souverainement porté sur Mohamed Bazoum.

Mahaman Ousmane sait très bien qu’il n’a pas gagné les élections. Au lieu de reconnaître sa défaite, il joue au mauvais perdant. Quand les citoyens nigériens   l’écoutent, ils sont sidérés et déçus. Ils se demandent, ce qui se passe avec lui. Surtout, quand il parle de sa victoire, de la victoire du peuple, ils ne savent pas à quel peuple il fait allusion. Pourtant, il sait mieux que quiconque qu’il n’existe pas deux peuples dans un même pays.

Au crépuscule de sa carrière politique, Ousmane doit se ressaisir. Beaucoup de Nigériens le considèrent comme un modéré. Entre sauver sa crédibilité et la mettre en péril en jouant le jeu des conspirateurs, le choix n’est pas cornélien. Il doit reconnaître sa défaite, remercier les Nigériennes et le Nigériens et souhaiter bonne chance au Président de la République élu SEM Mohamed Bazoum. L’histoire retiendra qu’il a été sage.

 

Zakaria Abdourahaman

 

 

A lire aussi:

 

BURKINA FASO: S’unir face aux périls qui guettent la nation (Jérémie Yisso BATIONO)

 

Comprendre la folie psychologique des mandats successifs

Commentaires