Proverbes & Citations

Le talent de l'historien consiste à faire un ensemble vrai avec des traits qui ne sont vrais qu'à demi (Ernest Renan)
Le moyen le plus efficace de détruire les gens est de nier et d'effacer leur propre compréhension de leur histoire (George Orwell)
Quand des toiles d’araignées se rejoignent, elles peuvent emprisonner un éléphant (  Proverbe zambien)
On guérit une maladie, mais on ne guérit jamais une mauvaise habitude (Proverbe africain)
L'espoir est ce qui meurt en dernier (  Proverbe kenyan)
On ne peut pas peindre du blanc sur du blanc, du noir sur du noir. Chacun a besoin de l'autre pour se révéler (Proverbe africain)
Il faut choisir entre le champagne pour quelques-uns, et l’eau potable pour tous (Thomas Sankara)
Qui craint de souffrir, souffre déjà ce qu'il craint (Michel de Montaigne  )
Quand on ne sait pas bien parler, il faut savoir se taire, au moins ! (Proverbe nigérien)
Celui qui, sans mérite, a obtenu des récompenses, n'est tranquille ni en dormant ni en mangeant (Proverbe mandchou)
L'ordre du roi pèse moins lourd que les coutumes du village (Proverbe vietnamien)
Il vaut mieux se disputer avec quelqu'un d'intelligent que parler à un imbécile (Proverbe chinois)
L'homme qui a commencé à vivre plus sérieusement de l'intérieur, commence à vivre plus simplement à l'extérieur (Ernest Hemingway)
Un homme intelligent est parfois forcé de boire pour passer du temps parmi les imbéciles (Ernest Hemingway)
Si l'éléphant vient dans ton champ la nuit, c'est par respect. Car même s'il vient le jour, tu ne vas rien lui faire (Proverbe Baka)
En cherchant la gloire on perd souvent l'honneur (William Shakespeare)
L'honneur est un mot sans pluriel, car il faut bien se garder de le confondre avec les honneurs, qui signifient toute autre chose. Tel a beaucoup d'honneurs, qui n'a pas du tout d'honneur (Étienne de Jouy)
Les gens qui ont vraiment le sens de l'honneur n'en parlent jamais (Ernest Hemingway)
Le hasard n'a jamais encore satisfait les espoirs d'un peuple qui souffre (Marcus Garvey)
Si l'homme connaissait bien la haute nature du pouvoir, l'immense responsabilité qu'il impose et le triste penchant qui le porte à en abuser, il serait beaucoup plus effrayé d'être appelé à l'exercer qu'avide de l'obtenir (Alfred Auguste Pilavoine)