Proverbes & Citations

Nul sur la terre ne sait quelle fin l'attend (Simon de Bignicourt)
Le scepticisme est le commencement de la foi (Oscar Wilde)
La hauteur de l’orgueil se mesure à la profondeur du mépris ( André Gide)
Ce ne sont pas ceux qui savent le mieux parler qui ont les meilleures choses à dire ( Proverbe chinois)
Punissez-vous vous-même, afin que la justice de Dieu qui est plus grand, vos fautes ne punisse (Pierre de Ronsard)
Comment pourrais-je gouverner autrui, qui moi-même gouverner ne saurais ? ( François Rabelais)
Qui masque ses fautes se voit, en fin de compte, démasquer par sa conscience (William Shakespeare)
Mieux vaut finir sa vie dans les beaux jours que de commencer par eux (Proverbe berbère)
Le premier instrument du génie d'un peuple, c'est sa langue (Stendhal)
Il vaut mieux se faire détester pour ce que l'on est qu'aimer pour ce que l'on n'est pas (André Gide)
Toute méchanceté a sa source dans la faiblesse (Sénèque)
Et il n’existe pas de répression, si dure et criminelle soit-elle, qui puisse entraver un peuple qui se lève (Luis Sepúlveda)
La mauvaise réputation, c'est comme une maladie incurable, on peut plus s'en débarrasser une fois qu'on l'a attrapée (Laurent Genefort)
La mort est un huissier. Les maladies sont ses assignations (Jean-Louis-Auguste Commerson)
Dieu a donné une soeur au souvenir et il l'a appelée espérance ( Michel-Ange)
Les bonnes choses n'arrivent que lorsqu'on renonce à les espérer ; à l'inverse, trop espérer, les empêche de se produire (Paul Auster)
C'est par un manque de maîtrise de soi, de scepticisme et d'esprit critique que le tyran se distingue de l'homme politique normal (Mariano Picon Salas)
Le fourbe n'est jamais plus à craindre que quand il prend un masque pour feindre (Publilius Syrus)
L'hypocrisie est un hommage que le vice rend à la vertu (François de La Rochefoucauld)
L'indifférence que d'aucuns montrent pour la politique est un tort, c'est grâce à une telle indifférence que les gouvernements agissent à leur guise, sans généralement se soucier des intérêts réels de la collectivité (Samuel Ferdinand-Lop)